Rechercher
  • adeline brunet

J'ai envie de bouger


Vous aussi vous vous sentez privés de vos libertés, vous aussi vous souhaitez vous évader.

Je vais vous faire une confidence, moi aussi.

OUI, j'ai envie de tout plaquer de prendre ma valise et partir à l'autre bout du monde (en vrai Stockholm m'irais déjà très bien j'adore la Suède, leur culture leur façon de penser et de vivre). Bref, ce n'est pas le sujet, mais comme vous je rêve de bouger, alors comme la petite famille va pouvoir bénéficier de quelques jours de congés, j'aimerais partir quelques jour à défaut de Suède et de bout du monde se sera dans les alentours si nous sommes chanceux ou bien à la maison si l'étau se resserre d'ici là.


Comme tout le monde cette situation de mi figue mi raisin est éprouvante et fatigante, après je suis d'un naturel très optimiste donc j'essaie toujours de relativiser, seulement parfois il est bon aussi d'accepter que l'on en ai marre (de zut flûte et crotte de bique pour rester poli ) de cette situation.

Il faut apprendre à accepter aussi que parfois le moral est vraiment bas, bien sur il est important de ne pas si complaire et de ce morfondre mais cela fait aussi partie de la vie.

Je suis convaincue que chaque situation nous apprend quelque chose.


Alors j'accepte je verrais si je peux partir ou pas quelque jour j'apprends la résilience, je laisse passer ma ronchitude je prends une feuille et un crayon je note tout ce qui m'enquiquine , je gribouille ma colère j'inspire par le nez et je fais une belle boulette de papier et je souffle très fort en la lançant.

Je me permet même de le faire en extérieur en criant pour bien évacuer, les voisins peuvent bien penser ce qu'ils veulent.

Pour me défouler complétement je saute comme pour écraser ratatiner toutes ces contraintes je me défoule.

Puis je m'arrête je me tiens bien droite sur mes 2 pieds, je reprends une respiration naturelle et j'accueille tout ce qui se passe dans mon corps.

Puis je prends une profonde inspiration en gonflant mon ventre et j'expire en soufflant doucement, puis je me répète que suis libre que pour m'évader je n'ai pas besoin de partir au bout du monde, que je peux faire de ce que j'ai maintenant un moment riche et joyeux.

Rien ne m'empêche de sortir, de marcher pied nu de crier dans la forêt ou dans la rue, je peux danser avec ou sans musique, je peux rire dessiner (même-ci je n'ai aucun talent en la matière) avec ou sans papiers, avec ou sans crayon.


Aujourd'hui j'accueille et je remercie ce moment de ronchitude car elle me permet la résilience mais surtout me montre que personne ne peut me priver de ma liberté d'être qui je suis vraiment peut importe ou je me trouve. Au final être libre est ce pourvoir aller où on veut quand on veut ou bien être et faire ce que l'on veut même dans un périmètre restreint?


Alors oui je ne pourrais pas aller à l'autre bout du monde de toute façon je ne suis pas certaine que ma banque m'aurait suivi en terme financier mais là encore cette situation nous apprend que ce n'est pas la le fond du problème.


Je peux aller à 5 min à pied de chez moi, vivre pleinement rire avec les gens que j'aime, écouter leur blague, faire battre mon cœur, je peux me rouler dans l'herbe cueillir des pâquerettes enfin plutôt des crocus en ce moment ou des perce neige.


Je suis libre non pas parce que j'ai un gouvernement ou je ne sais quoi qui rouvre les frontières mais parce que je l'ai décidé et que j'ai compris que rien n'y personne ne pourrait me priver de ce qu'il y a de plus essentielle ma liberté (et ma folie) je peux rire, crier, danser sauter m'imaginer loin sur une plage, nous avons tous cette capacité ne l'oublions pas rallumons notre folie et retrouvons notre liberté.


Merci de votre attention, je reste à votre disposition pour un suivi et pour apprendre à retrouver votre liberté et n'ayez pas peur si vous le souhaitez pourquoi pas de votre folie....


ABsophro




10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com