Rechercher
  • adeline brunet

SORTIR DES CASES, DES SENTIERS BATTUS



Entendez vous cet air de Vianney et Gim's, non mon objectif n'est pas de vous mettre cette chanson dans la tête (enfin quoique...).


Plus sérieusement, combien de fois vous êtes vous énervé(e s) parce que vous ne saviez quelle case cochée? Si vous êtes de ceux qui s'amusent à faire les tests de personnalité combien de fois avez vous hésité en la réponse A et C

D'ailleurs, pourquoi devrions nous rentrer dans des cases, dans des catégories pour être comme les autres? Pour rentrer dans le moule?

Cette injonction de rentrer dans les cases que joue telle sur nous, qu'entraine telle sur notre personnalité, notre unicité?


Parfois il me prend à rêver que je n'entre pas dans la case, je joue avec et je monte dessus c'est une façon de rentrer sur la case? Non?


Toutes ces cases nous amène insidieusement à faire notre propre case, catégorie, à émettre des jugements sur nous même et sur les autres.

Quelle perte de temps et d'énergie.

L'être humain a beaucoup de points communs et autant de traits de caractères, d'appétences qui sont différentes certes mais si on fait un pas de côté on peut aussi le voir comme des atouts pour s'allier, s'améliorer mutualiser ses compétences.

Quand je ressens une certaine méfiance et que je m'observe à juger ou caser la personne je me demande qu'est ce que cela joue en moi qu'est ce que cela vient travailler.

Puis j'essaie de trouver des points positifs à la manière de faire d'agir et de voir en quoi cela peut nous enrichir mutuellement.


Bien sûr dans un monde idéal, cela smatch avec tout le monde mais dans la réalité on ne peut pas s'entendre avec tout le monde et on ressent de profondes aversions pour quelqu'un et c'est OK mais restons bienveillants laissons le faire son chemin faisons le notre ne cherchons pas la compétition cela sera stérile pour vous et lui.


Je vous invite à vous promener dans la nature les perces neiges étant de sortis ils sont des magnifiques enseignants un symbole fort, ils montrent que malgré l'hiver, le froid la rudesse, les cases, les catégories, il est possible de percer qu'en nous nous avons les solutions pour vivre des jours meilleurs.

Alors laissons germer la graine, laissons nous fleurir sans chercher à rentrer dans le pot de façon naturelle peu importe la saison le confinement ou tout autres raisons.

Soyons authentiques, laissons le paraitre la beauté artificielle le conditionnement, "les taka faut qu'on".

Rions, dansons, jouons, vivons confinés ou non ne laissons pas notre graine qui ne demande qu'à percer s'endormir et attendre des jours meilleurs pour éclore.


Bien à vous

Merci du temps accordé à ce post.

ABsophro











2 vues0 commentaire